BrowseBiography
 Biography by letter : A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0-9
Search in :
Sébastien Loeb picture, image, poster
Sébastien Loeb

Date of birth : 1974-02-26
Date of death : -
Birthplace : Haguenau, France
Nationality : Française
Category : Sports
Last modified : 2010-06-01


Sébastien Loeb (né le 26 février 1974 à Haguenau dans le Bas-Rhin) est un pilote de rallye français. C'est en 1999 qu'il prend part à sa première épreuve mondiale.

Détenteur du record du nombre de victoires en mondial avec 56 succès, il a remporté le championnat de France et le championnat du monde junior Super 1600 (JWRC) en 2001, puis le championnat du monde WRC en 2004, 2005, 2006, 2007, 2008 et 2009 avec comme copilote Daniel Elena, depuis ses premières courses en rallyes.

Il est considéré par certains observateurs comme le plus grand pilote de rallye de tous les temps, mais aussi comme un des pilotes les plus complets capable de passer du WRC à la Formule 1, en passant par l'Endurance et par les courses de Tourisme.

Sébastien Loeb s'est marié le 10 septembre 2005 avec Séverine Mény, fille d'un important concessionnaire automobile de Toul en Meurthe-et-Moselle. Il habite en Suisse dans le Canton de Vaud sur l'arc lémanique. Leur fille, Valentine, est née le 19 novembre 2007 en Suisse.

Dans sa jeunesse, Sébastien Loeb était un gymnaste de haut niveau : quatre fois champion d’Alsace et une fois champion du Grand Est, cinquième au championnat de France.
Sébastien Loeb voulait faire une carrière d'électricien, mais tout va changer grâce aux rallyes.

Il fait ses premiers débuts en rallye, en 1995, en participant à l'opération Rallye Jeunes et échoue à deux reprises en finale.

Remarqué par Dominique Heintz et Rémi Mammosser, il intègre en 1997 l'association qu'ils montent pour l'aider : Ambition Sport Auto. Après quelques succès dans des rallyes régionaux, il passe rapidement aux rallyes nationaux en Volant 106 et remporte les quatre épreuves auxquelles il participe en catégorie 1 300 cm3. À l'issue de la saison, il est élu Espoir échappement de l'année.

Il dispute quelques rallyes et termine sixième du trophée.

En 1999, il remporte le trophée Citroën Saxo Kit Car. Il fait aussi ses premiers pas au championnat du monde et au championnat de France.

En 2000, il remporte le championnat de France de rallye Terre deux roues motrices. Citroën lui offre une Xsara Kit Car pour disputer le rallye du Var, qu'il remporte. Il est alors engagé par Citroën pour disputer le championnat de France 2001. Dans le cadre de l'équipe de France, il découvre le pilotage d'une WRC à bord d'une Toyota Corolla (Corse; Sanremo)

En 2001, il remporte aisément le championnat de France de Rallye Asphalte (six victoires sur huit rallyes qu'il a disputé) et le championnat du monde junior super 1600 (JWRC) (cinq victoires et deux seconde places).

En 2001, il est engagé à bord d'une Toyota Corolla WRC, au Rallye Sanremo. Il termine deuxième , sur les talons de Gilles Panizzi, celui que l'on surnomme l'as de l'asphalte, réalisant ainsi son premier podium en WRC.

En 2002 il effectue de nombreux essais au volant de la Citroën Xsara WRC pour préparer l'engagement officiel du constructeur en championnat du monde et participe à quelques rallyes en championnat du monde.

Il domine le rallye Monte-Carlo mais perd la victoire sur tapis vert à cause d'une erreur de l'écurie, finissant toutefois deuxième. Puis il remporte sa première victoire en WRC au rallye d'Allemagne le 25 août 2002 .

En 2003, pour sa première saison complète en WRC, il réalise l'exploit de devancer ses deux coéquipiers, Colin McRae et Carlos Sainz, tous deux anciens champions du monde. Il remporte officiellement pour la première fois le rallye Monte-Carlo, ainsi que sa seconde victoire au rallye d'Allemagne.

Il gagne aussi pour la première fois le rallye San Remo mais échoue dans sa lutte pour le titre d'un point face au Norvégien Petter Solberg lors de la dernière manche du championnat au rallye de Grande-Bretagne, devant assurer le titre constructeur pour Citroën, il prendra la deuxième place du rallye derrière Solberg.
Cette année-là, il gagne la Course des Champions pour la première fois.

En 2004, il remporte le championnat du monde des rallyes avec six victoires au cours de la saison et devance Petter Solberg. Dix ans après Didier Auriol, il devient ainsi le deuxième Français titré au plus haut niveau du rallye mondial et égale au passage le nombre de victoires en une saison de Didier Auriol.

. Il est cependant le premier Français à être titré sur une voiture française, Didier Auriol ayant gagné sur une Toyota. Au cours de cette saison 2004, il est le premier pilote non nordique à remporter le rallye de Suède. En outre, il n'abandonne que deux fois : au Mexique et en Catalogne, les deux fois, une pierre endommage son carter d'huile.

En 2005, il remporte une troisième victoire d'affilée au rallye Monte-Carlo, puis enchaîne six victoires de rang en Nouvelle-Zélande, Italie, Chypre, Turquie, Grèce et Argentine, puis après une deuxième place en Finlande, il triomphe pour la quatrième fois en Allemagne, devenant ainsi le seul détenteur du record de victoires en une saison (10) et du nombre victoires d'affilée (6).

Au rallye de Grande-Bretagne, suite à l'accident qui coûte la vie à Michael Park, copilote de Markko Märtin, et au retrait de l'équipage Marcus Grönholm/Timo Rautiainen par respect pour leurs coéquipiers, Loeb décide de prendre volontairement une pénalité pour ne pas remporter la victoire et le titre en ce triste jour. C'est lors de l'épreuve suivante, le rallye du Japon, que Loeb remporte un deuxième titre consécutif de champion du monde.

Lors du rallye de France, qui lui avait échappé jusque-là, il est le premier pilote de l'histoire du championnat WRC à remporter tous les meilleurs temps des spéciales d'un rallye (douze pour le Tour de Corse 2005). Il remporte également l'épreuve suivante, le rallye de Catalogne, portant son record de victoires en une saison à dix.

Il participe aussi pour la première fois aux 24 Heures du Mans aux côtés d'Eric Hélary et de Soheil Ayari. Même si la Pescarolo n°17 ne finit pas l'épreuve, Sébastien impressionne par son adaptation extrêmement rapide au pilotage d'un prototype sur circuit.

Pour clôturer cette saison, il remporte la « Course des Champions » pour la 2éme fois.

En 2006, Citroën s'étant retiré, Sébastien court, toujours au volant d'une Xsara WRC, dans l'écurie privée Kronos Racing. En marge du championnat du monde WRC, il participe également au développement de la C4 WRC, la future arme de Citroën pour son retour en 2007.
À mi-saison, il était en tête du championnat grâce à cinq victoires et trois secondes places devant Marcus Grönholm. Sébastien profite même de la trêve estivale pour signer une deuxième place aux 24 Heures du Mans sur l'auto no 17 de l'équipe Pescarolo Sport, équipage composé également de Franck Montagny et de Eric Hélary.

En remportant le rallye du Japon le 3 septembre 2006 devant son concurrent direct pour le titre de champion du monde Marcus Grönholm, il bat le record du nombre de victoires de Carlos Sainz (27 victoires).

Quelques jours après sa victoire au rallye de Chypre, il chute lors d'un entraînement à VTT en Suisse, dans le Canton de Vaud, où il réside, et se fracture la tête de l'humérus droit, il doit alors déclarer forfait pour les 4 derniers rallyes de la saison. Il se retrouve ainsi sous la menace de Marcus Grönholm qui aurait pu venir le coiffer sur le fil.

Le pilote finlandais devra néanmoins s'incliner après un accident au rallye d'Australie qui marque la fin de ses espoirs de terminer sur la plus haute marche du podium. Sébastien Loeb est triple champion du monde WRC. Mais il renonce à participer aux 24 Heures du Mans 2007 qui est plus exigeant que le rallye pour son bras affaibli.

Début 2007, lors de la traditionnelle promotion du nouvel an, Sébastien Loeb a été nommé chevalier de la Légion d'honneur. La même année, pour la première sortie officielle de la nouvelle Citroën C4 WRC, il remporte l'épreuve inaugurale, assurant même le doublé pour Citroën avec son coéquipier Daniel Sordo.

Pour la première sortie de la nouvelle création de Citroën sur terre, au rallye du Mexique, Loeb apporte la victoire à son écurie.

En 2008, il remporte la manche inaugurale devenant ainsi le seul à avoir signé cinq victoires au rallye Monte-Carlo, devançant Sandro Munari, Walter Röhrl et Tommi Mäkinen (quatre succès chacun). Il abandonne lors du rallye suivant, en Suède, puis remporte les rallyes du Mexique et d'Argentine. Au rallye de Jordanie, il finit dixième, après un accident avec Conrad Rautenbach. Par la suite, il remporte consécutivement le rallye de Sardaigne et le rallye de l'Acropole.

Après une troisième place en Turquie, il remporte enfin le rallye de Finlande, qui lui avait toujours échappé. C'est le premier non-nordique à l'emporter depuis 16 ans. Il y acquiert un nouveau surnom, Loebinen, inventé par le pilote de Formule 1 finlandais Heikki Kovalainen.

Nouvel exploit au rallye suivant : Il remporte une septième fois en sept ans le rallye d'Allemagne, un record absolu de victoires consécutives sur un même rallye. Il reprend alors la tête du championnat, puis enchaîne par trois autres victoires, en Nouvelle-Zélande, en Catalogne et en Corse. Il remporte son dixième succès de la saison dans son pays, égalant ainsi le record du nombre de victoires en une saison en WRC qu'il détenait déjà.

Il s'adjuge mathématiquement le championnat en finissant 3e du rallye du Japon derrière les 2 Ford après s'être fait une petite frayeur lors de l'avant-dernière spéciale. Pour conclure cette saison exceptionnelle, il s'adjuge enfin la victoire au rallye de Grande-Bretagne, une épreuve qui lui avait toujours échappé, qui offre le titre de champion des constructeurs à Citroën. De plus, avec 11 courses remportées en 2008, il bat une nouvelle fois le record de victoires en une saison de WRC.

Pour conclure l'année, il s'adjuge la course des champions pour la 3e fois.

La saison 2009 commence idéalement pour Loeb qui remporte la première épreuve de l'année, en Irlande, devant son coéquipier Dani Sordo. Sur le deuxième rallye de la saison, Sébastien Loeb remporte le rallye de Norvège et ajoute ainsi un deuxième rallye sur terre enneigée à son palmarès, après avoir gagné le rallye de Suède en 2004.

Au Rallye de Chypre, il remporte sa cinquantième victoire, avant d'enchaîner sur une cinquante-et-unième lors du rallye du Portugal. En remportant le Rallye d'Argentine, il augmente son avance au championnat (20 points), son plus proche rival Mikko Hirvonen ayant abandonné.

La saison 2010 débute au Rallye de Suède où il se place en tête brièvement en début d'épreuve, mais ne peut résister ensuite à Mikko Hirvonen qui l'emporte. Toutefois en remportant le rallye suivant au Mexique, il s'empare de la tête du championnat.

Il conforte ensuite sa place au Rallye de Jordanie qu'il gagne pour la première fois, puis signe une troisième victoire au Rallye de Turquie, sa deuxième dans un rallye mixte terre/asphalte. Au Rallye de Nouvelle-Zélande, bien que proche de la victoire il se classe finalement 3e au terme d'une remontée spectaculaire lors de la deuxième journée.

Le Rallye du Portugal voit la première victoire de Sébastien Ogier, coéquipier de Loeb chez Citroën, ce dernier prenant la 2e place au terme d'un formidable duel entre les deux hommes lors de la dernière journée.


View the full website biography of Sébastien Loeb.
Browsebiography computer mode